L’ivrogne passe un appel téléphonique la veille de Noël

Le matin du réveillon de Noël, un téléphone sonne au domicile du gérant d’un magasin de spiritueux.

Le gérant décroche, et un homme demande sur un ton formel :

“Bonjour monsieur, puis-je vous demander à quelle heure ouvre votre établissement ?”

“Eh bien”, répond poliment le gérant, “nous sommes fermés en cette veille de Noël, donc nous n’ouvrirons pas aujourd’hui”.

“Je vois. Merci pour cette information.”

Le lendemain, le téléphone sonne tôt le matin au domicile du manager, et la voix à l’autre ligne demande d’une voix un peu moins posée :

“Bonjour monsieur, à quelle heure – hic – ouvrez-vous ?”.

“Eh bien, aujourd’hui c’est le jour de Noël, donc nous sommes fermés aujourd’hui aussi”, répond le directeur, en gardant à peine la frustration dans la voix.

“I schee, I schee”, répond la voix.

Le lendemain de Noël, le téléphone sonne à nouveau. Une voix traînante demande :

“M’goodschir, je me demandais juste, quand ouvrez-vous ?”

“Ecoutez, j’en ai assez. Vous m’avez appelé la veille de Noël et le jour de Noël, et je vous ai dit que nous étions fermés. Aujourd’hui c’est le lendemain de Noël et nous sommes définitivement fermés. Mais nous sommes ouverts comme d’habitude à 9 heures demain matin, et ne vous inquiétez pas, je serai là personnellement pour m’assurer qu’ils ne vous laisseront pas entrer !”

“Lemmein ? Je ne veux pas que tu – hic ! – lemmein. Je veux que tu t’en ailles !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *